Adriano Karabatic

 

 

 

Photographe français, Adriano Karabatic est né en Yougoslavie en 1983 et a vécu à Belgrade jusqu'à l'âge de neuf ans. Pendant la guerre, il déménage en France avec sa famille. Après une formation audiovisuelle, il rejoint la Faculté des Lettres, Arts et Humanités de Nice. Il retourne à Belgrade et obtient une maîtrise de la Faculté des Arts, il obtient également un master de la Faculté de Lyon en Développement Culturel et Direction de Projets. Ses recherches portent sur « La situation de crise et de traumatisme en tant que source de créativité artistique de qualité ». Son travail photographique porte toujours une empreinte de nostalgie et d'intemporalité. En 2018 il crée son agence créative à Genève, Art. Création | Communication, s’entoure de talents issus de divers domaines artistiques pour rechercher, surprendre et créer ! La jeune startup n’a pas fini de nous surprendre !

 

 

  • Tes passions ?

Je suis passionné par la vie, par les gens, la création artistique quelle qu’elle soit.

 

 

  • Qu’est-ce qui t’énerve le plus dans la vie ?

L’injustice, je suis un révolutionnaire.

 

 

  • Que sais-tu faire que peu de gens peuvent faire ?

Toucher le bout de mon nez avec ma langue  je plaisante bien évidemment.

Rien de bien extraordinaire, je sais voir !

 


  • Une peur ?

J’ai peur de l’ennui, c’est pour cette raison que je ne m’arrête jamais !

 

 

  • Y-a-t-il un rêve que tu aimerais voir se réaliser?

Je rêve de plus d’humanité, d’un monde moins cruel.

 

 

  • À part les génériques des dessins animés Disney, t’écoutes quoi en boucle dans ton MP3 ?

Je n’ai pas de mp3  j’écoute souvent la radio en voiture, la musique classique m’apaise, me transporte. À l’agence créative, c’est selon le mood de la journée, mais pour fêter une belle création on aime bien les Rolling Stones  !

 

 

  • Quel projet artistique t’a le plus marqué ?

En 1999, j’ai voulu réaliser un court-métrage immersif à Belgrade relatant les séquelles laissées par les bombardement de l’Otan sur ma ville, la fumée sortait encore des immeubles détruits, je n’avais que 16 ans et une énorme caméra sur l’épaule, je me suis fait arrêter au bout de quelques heures de tournage alors que j’étais dans un taxi sur les routes du centre-ville, mes parents apprenaient alors que j’étais en Serbie, le court métrage n’a jamais vu le jour mais j’ai appris ce jour-là qu’il fallait aller jusqu’au bout de ses rêves ! Ce projet m’a marqué à jamais !

 

  • Raconte-moi une anecdote où tu t’es retrouvé totalement surpris…

Une nuit lorsque je n’avais que 9 ans, mes parents nous réveillent mes petits frères et moi, nos bagages étaient faits, le moteur de la voiture allumé, nous partions pour toujours, la guerre avait commencé en Yougoslavie.

 

ET SI…

 

  • Tu devais tourner un film...

Si j’avais la chance de pouvoir tourner, je ferais un film sur la vie de ma mère, j’écris un livre sur sa vie depuis peu, elle nous a quitté en avril dernier, une femme exceptionnelle. Une vie de courage, d’amour et de peines.

  • Tu faisais un vœu pour ton/ta meilleure ami(e)....

Une santé de fer ! Le reste il s’en occupe tout seul ;)

  • Tu partais en voyage au Pérou…

J’aime les voyages ; j’ai appris à voyager très tardivement, grâce à mon épouse. C’est une richesse énorme et une chance dont on ne se rend pas souvent compte, le Pérou est sur notre liste, le Maccu Pitchu. Nous aimons marcher, je nous imagine déjà arpenter des chemins rocailleux, l’appareil photo à la main pour immortaliser cette joie de vivre que l’on retrouve chez les péruviens !

  • Tu étais chanteur…

Je chante souvent, ma grand-mère (qui est ma seule fan) dit souvent un proverbe yougoslave pour faire taire mes détracteurs « celui qui chante ne pense pas à mal » mais pour le bien de tous, il est préférable que je ne chante pas. J’ai une grande admiration pour ces artistes qui nous rendent la vie plus belle !

  • Tu étais le président de la République…

Si j’étais président de la république, je démissionnerais immédiatement 

DANS TA VIE:

 

  • Quel est ton surnom et pourquoi ?

Nano, car Adriano c’est trop long 

 

 

  • C’est quoi le projet de ta vie ?

C’est une question difficile, car je m’efforce pour être heureux, à ne pas me projeter ni dans le futur ni dans le passé, ce que j’ai souvent tendance à faire.
Je pense que mon projet est d’être heureux chaque jour et rendre heureux les gens que j’aime.

 

  • C’est qui le meilleur dans son domaine ?

La meilleure c’est mon épouse Ana, elle me supporte au quotidien, toujours avec le sourire, avec courage. Je sais que je ne suis pas facile, mélancolique, nostalgique… elle m’a appris à aimer la vie. Je l’aime.

 

 

  • Tes sources d'inspirations ? Des artistes ?

Mes sources d’inspiration sont nombreuses. L’amour, ma femme, que j’aime appeler ma Muse, une beauté intemporelle que j’aime essayer de capturer et qui ne me lasse jamais. Les gens, le réel, l’émotion, les rencontres, l’actualité, l’engagement, la vie en général ! Beaucoup d’artistes m’inspirent, Marina Abramovic pour son audace, Robet Capa pour son courage, Erik Johansson pour sa folie, Banksy pour son engagement, Andy Wahrol pour sa finesse, Helmut Newton pour son intemporalité et plein d’autres pour leur art tout simplement !

 

 

  • Comment te vois-tu dans 10 ans ?

Assez semblable à aujourd’hui avec des cheveux blancs en bonus 

 

 

  • Ta devise préférée…

Pas très original  Vis ta vie comme si tu devais mourir demain.

 

 

  • Un rêve ?

Ne pas rêver mais vivre !

 

 

  • Ton coin préféré ?

Mon atelier à Belgrade. J’y retourne de moins en moins souvent : une pièce dédiée à la création pendant mes études à la faculté d’art de Belgrade. J’adorais y développer mes photographies comme cela se faisait avant  ; j’ai prêté ma maison à une gentille famille et je ne veux pas les déranger.

 

 

  • Quel est ton meilleur souvenir ? Et dans tes projets?

J’en ai beaucoup, difficile pour moi d’en choisir un seul, ils sont tous liés aux gens que j’aime, ils me rendent heureux.

 

Dans mes projets, pour être d’actualité, je dirais que c’est la création récente de L’Agence Créative Art à Genève avec mon ami et associé Omar Catalfamo, illustrateur et graphiste de talent. Nous nous sommes entourés d’une équipe de passionnés de l’image sous toutes ses formes pour créer, surprendre, innover et rechercher !

 

 

  • Tu crois en l'être humain ?

Malgré une vie de péripéties à cause de la folie des êtres humains, j’y crois oui !

Je veux y croire !

 

 

 

 

UN PEU DE TOUT...

 

  • Connais-tu une recette de cuisine ?

J’aime la cuisine simple. Ramasser des asperges sauvages avec mes frères et mon père, rentrer à la maison, battre des œufs et faire une omelette aux asperges, sel, poivre et le tour est joué ! Un bon pain de campagne à la farine de seigle de préférence !

 

 

  • Quel est l'habit que tu as acheté, mais que tu n’as jamais osé porter ?

Un chapeau 

 

  • Crois-tu en l'amour ?

Plus que tout !

 

  • Ta couleur préférée ?

Le noir

 

  • Sportif ?

Très. Je pratique le sport depuis toujours, et de plus en plus en plein air. J’aime le lien à la nature, le développement du corps et de l’esprit ! Notre corps est notre enveloppe, il faut la chérir autant que nous chérissons notre esprit !

 

  • Tu te vois comment dans 30 ans ?

Un vieux râleur aigri qui ne parle que du passé, mais ma femme sera là pour me redonner le sourire 

 

 

  • Quand as-tu fait ton lit pour la dernière fois ?

Ce matin, j’ai cette bonne habitude, pourtant je n’ai pas fait l’armée 

 

 

  • Quelle tâche ménagère n'as-tu jamais faite ?

J’ai toujours participé aux taches ménagères de la maison. Ma mère était la seule femme, nous ne pouvions pas la laisser tout faire toute seule. C’étaient des moments où nous étions tous ensemble et j’aime ces moments, même le balai à la main 

 

 

 

POUR FINIR...

 

  • Quelle question aurais-tu voulu que je te pose et ta réponse ?

On mange ensemble à midi ? Il y a un italien « succulento » juste à côté.

Oh oui, un bon vin blanc Piémontais pour accompagner des « pasta siciliana al forno » Andiamo 

 

 

 

 Service civique