En Provence, autour de la truffe. 

 

 

 

 

Le pays de la lavande et de l’olivier recèle un trésor : la Melano et son humble brouillade.

 

 

 

Nous voilà arrivés au « sacrum sacrorum » des gastronomes, à ce nom que les gourmands, les grands chefs n’ont jamais prononcé sans porter la main à leur chapeau : à la truffe.

 

« Mangez moi et adorez moi. » 

 

La Truffe : le diamant de la cuisine, elle réveille des souvenirs gourmands à chaque instant. 

Qui ne connaît pas la truffe et son incomparable parfum ?

 

Qui pourrait résister au pouvoir de ce bijou qui charme le goût et enivre l’odorat ? 

Comme son arôme enchanteur caresse, flatte et réjouit le palais !

 

 

 

Impatients, les yeux brillants de plaisir, nous allons à la cueillette de la rabasse : la truffe noire. 

En ce mois de novembre, la confrérie de la gastronomie jauge la nouvelle. 

 

Le savoir électrise les esprits et enflamme les fourneaux.

 

 

 

Ce midi, mon ami chef étoilé Alain B. et moi même, présentons la brouillade à la truffe.

 

 

 

Un mets simple. Des œufs mêlés à 10 grammes de champignons.

 

Les lamelles de truffe tiédies laissent échapper des senteurs diaboliques.

 

Pas de liaison dans la brouillade et surtout pas de crème. 

 

 

 

Enfermez la truffe et les œufs dans un bocal durant 3 jours afin que les parfums s’infiltrent à travers la coquille poreuse.  Puis petite infusion supplémentaire : les œufs une fois battus et mélangés aux épaisses lamelles, attendent encore 24 heures avant de cuire. 

 

 

 

Nous donnons alors un ultime coup de feu, un peu fort après une cuisson lente au bain-marie qui ne dépasse pas les 40°C.

 

 

 

Recette:

 

 

 

Brouillade à la truffe 

 

6 œufs

 

10 gr de truffe

 

20 gr de beurre

 

 

 

Entre la truffe et l’œuf, le transfert est amoureux, l’une donne ses parfums tandis que l’autre les exalt.