La lumière au fond des tiroirs.

 

 

 

Le marché des biens d'occasion ne cesse de progresser. En effet, cette augmentation est due à plusieurs faits et tout particulièrement aux économies réalisées par rapport au prix d'achat initial qui sont considérables et pouvant aller de 20 à 80% de moins sur le montant originel. Ces produits sont souvent neufs ou en très bon état et à des prix défiants toute concurrence.  Les français sont donc de plus en plus convaincus par ce marché en pleine expansion. La seconde main participe à une part colossale au niveau des achats effectués en ligne notamment grâce à la mode et au high-tech (ils représentent environ 40% des transactions totales). 

 

Cependant, certains restent sceptiques au fait de ne pouvoir essayer ou tester l'article avant de l'acheter mais rassurez-vous, vous pouvez toujours les renvoyer, les revendre ou bien demander une rencontre avec le vendeur. 

 

Cet engouement devenu tendance permet aux vendeurs de gagner de l'argent et aux acheteurs d'acquérir des biens à petit prix ainsi que de donner une seconde vie à certains articles qui auraient pu terminer à la poubelle. 

 

 

 

#jekiffe.

 

 

 

J'avais besoin d'un ordinateur portable pour ma première rentrée dans la vie d'étudiante. Du neuf ou de l'occaz ? Comme d'habitude, je file sur l'ordi et me retrouve direct sur un fameux site d'occasion. Je vais toujours chercher sur des sites connus car sur les autres, j'avoue, j'ai peur de me faire arnaquer.

 

Je fais défiler les annonces et hop, voilà. Une qui m'intéresse. Entre le prix affiché et son état, je tente. J'envoie un message à la vendeuse avant de rentrer en cours. Super ! Deux heures après, elle me répond. On se donne rendez-vous pour le lendemain. J'ai un peu peur. Je demande à mon père de venir car c'est une somme quand même ces cent cinquante euros. Je marche vers elle. Un sourire. Un bonjour. L'ordi me convient. Je demande de baisser un peu le prix. Elle cède un peu. C'est ok pour moi. Je sors ma liasse de billets de cinq et dix euros récoltés lors de mes derniers vide-greniers où j'avais bazardé les ravans de la famille. On se dit au-revoir. Je repars "tarpin" (très) heureuse de mon achat. A Lyon, mes amis disent "cher" heureux.  

 

 

 

#premierarrivépremierservi.

 

 

 

Parfois avec les gens, on a l'impression d'être au marché aux puces. Tu affiches un prix à un tiers, voire un quart du prix pour une belle pièce, et ils la voudraient pour un Euro symbolique. C'est ça oui.

 

 

 

#encasjetelesdonne.

 

 

 

Je vendais ma paire de basket assez haut de gamme nickel. Je poste l'annonce avant de me coucher. Je me réveille. Dix messages le matin. J'ouvre le premier. C'est une demande de réservation. #premierarrivépremierservi. La meuf, elle me les réserve en demandant de baisser le prix. Je fais l'effort, je baisse le prix malgré les autres personnes sur le coup. Les cinq jours de réservation passent et toujours rien. Elle insiste et elle certifie qu'elle les veut. Toujours rien. Du coup, je les revends à quelqu'un d'autre sans même baisser mon prix. Ça m'a saoulé. J'ai perdu du temps.  

 

 

 

#balancetonmenteur.

 

 

 

Une autre fois, je me vois un beau "hoodie" (sweatshirt). J'achète direct. J'espère vite le recevoir car une fois, l'achat a mis plus d'une semaine. Le mec habitait de l'autre côté de la France. Et bien non. Quatre jours après, je le reçois. L'annonce mentionnait "très bon étatcomme neuf". Mauvaise surprise. Celui-là "bouloche" de partout.

Quel c... Pas honnête. Je lui ai donné une sale note. Vous savez, quand le site vous demande de donner votre avis sur le vendeur. Et le hoodie ? Je l'ai refourgué (refiler) à ma sœur. Elle n'aura qu'à le revendre. MDR (mort de rire).  

 

 

Je m'amuse bien finalement. Quand une fringue ou autre ne me plaît plus, qu'un truc que ma mère ne met plus, je mets en vente. Par mois en moyenne, je fais trois ventes et deux achats.  Je fais des affaires. Je gagne un peu d'argent et j'ai des histoires à raconter. Pardon mais je dois y aller. J'ai reçu une notification.