L’humanité et la violence.

 

A travers Adama ...

 

Du 2 au 13 Juin plusieurs habitants s'étaient réunis pour parler de la violence envers l’humanité. Entre de nombreux débats politiques, on pouvait y glisser celui sur la violence. Lors de ce débat fut rassemblé les femmes de victimes ou membre de leurs familles qui ont pour but de soumettre leur injustice envers les personnes mortes sans avoir obtenu gain de cause. Fut rassemblé à l’occasion de la Fête de l’Humanité, Assa Traoré, la sœur d’Adama, mort en 2016 après une violente interpellation, Ramata Dieng, la sœur de Lamine, mort étouffé dans un camion en 2007, et Vanessa Codaccioni, maîtresse de conférences en sciences politiques à Paris-VIII, politologue et historienne. La vidéo qui fut lancée lors du débat de dénonciation reçut 4,2 millions de vues, jamais une marge assez grande pour dénoncer l’injustice humaine n’a été aussi grande auprès du peuple.

 

Comment peut-on relâcher cette pression auprès du peuple, quand le peuple réclame justice ? Nous ne pouvons pas rester sagement assis chez nous à attendre que les infos nous parlent de violence et harcèlement et ne débattre de cela que devant une télévision. Pourquoi le peuple lui aussi n'aurait pas le droit de commenter, de s’exprimer sur ce qui arrive actuellement dans le monde, mais aussi nationalement et de se faire son propre avis, opinion envers tout ce qui arrive actuellement.

Le 2 Juin 2020, beaucoup de personnes se sont rassemblées, victimes ou non pour dénoncer la violence envers l’humain. Cela n’a fait qu’augmenter le 13 Juin plus de 120 000 personnes se sont déplacées à la place la République sur Paris pour dénoncer à nouveau la violence humaine. En pensant à ses hommes, femmes qui avaient encore la vie devant eux, n'oublions pas que leur dernière parole fût ‘’ Je n’arrive plus à respirer ‘’. Rendons leur hommage en continuant de nous battre pour nos droits civiques.

 

Forcément si j’étais à la place de ses dames, aujourd’hui à cette même heure, bien sûr que je me serais battue contre l’injustice.

Je trouve qu’elles sont un courage énorme. Elles affrontent le monde, voir la société même quand ceux qu’elles chérissent ne sont plus près d’elles pour les soutenir.

 

Je pense vraiment qu’elles sont une force énorme de se battre, de se lever chaque matin pour réclamer la justice, de défiler dans les rues se mettre le monde à dos juste pour proclamé leur liberté d’expression, même si cela est interdit, elles montrent à quel point une violence peut causer une peine énorme dans le cœur des familles. Elles osent et je pense que cela mènera à avoir gain de cause.

 

Je vois à travers leur détermination que la société ne pourra pas remplacer l'être qu'elles sont considéré comme mari, père, famille. Et franchement je les admire pour leur courage, leur volonté, leur force de dénonciation.

 

Laetitia BATAILLE

 

Table ronde, concernant la violence sur humain par la société à Vitry- sur– Seine le 13 Septembre 2020.