Tic… Entre angoisse et… Tac… Un nouvel espoir

 

 

 

16 mars 2020, l’annonce présidentielle résonne encore en nous : « jamais la France n’a dû prendre de telles décisions. Les crèches, les écoles, les collèges, les lycées, les universités, les restaurants, les commerces non-essentiels seront fermés jusqu’à nouvel ordre, restrictions de déplacement… ». 

 

 

Tic… Mais quoi, interdit de sortir de chez soi ! Et là, ton cerveau reptilien prend le dessus : « je vais manger quoi, moi ? et où aller pour remplir le frigo et les placards.

 

Où est-ce que j’ai mis mon bouquin de survie. Ah oui et celui sur les plantes et les fleurs comestibles ». Ton esprit galope dans tous les sens. Et le boulot hein ? Si on ne peut plus aller travailler, on ne va plus être payer. S’il m’arrive quelque chose, un accident, une blessure même bénigne, comment ils vont faire. Je vais mourir avec les contaminés à l’hôpital ». 

 

 

Tac… Enfin je vais pouvoir ranger ce foutu garage où toute la famille, que dis-je, des générations de cette famille ont stocké des objets à ne surtout pas jeter. Allez, venez tous là, on s’y met. De toute façon on a le temps maintenant. Oh regarde, la vieille bassine en cuivre où mamie faisait ses confitures. Nous, on s’en servait de baignoire qu’on posait dans la douche pour te laver quand tu étais petite… Et là, tiens aide-moi à sortir ça.

 

 

Arghhh ! Voilà. C’est la malle de papy et mamie qu’ils tenaient de leurs arrière-grands-parents. Ils y ont laissé leurs cahiers d’écoles et même des photos. Installez-vous. On se les regarde. Oh les tenues de l’époque. T’imagine, s’il fallait sortir habillé comme ça. Ils les raccommodaient pour les refiler au petit frère et même à leurs enfants…

 

 

Tic… Mince mon masque ! Ah non ! Je n’ai plus d’attestation de sortie. Allez, « steuplé », imprime-moi en une. Oui je sais. Je n’oublie pas mes gants en plastiques. Je ne les enlèverai que lorsque j’aurai bien mis toutes les courses dans le coffre de la voiture pour les jeter avec la bonne technique dans la petite poubelle de l’épicier, oui. Et toi prépare une bassine avec le produit désinfectant pour que je puisse passer les achats un à un au lavage. Ouiiii, je laisserai les sacs dehors pendant de longues heures. Quel trafic ! Et quoi ??? Moi aussi je resterai dehors une heure. Ça y est je mis en en quarantaine dans la cabane au fond du jardin…

 

 

Tac… Je dois être un peu fou. Se lever à 05h30 du matin pour voir le lever de soleil depuis le haut de la colline. J’avais envie de la faire et je l’ai fait quoi. En redescendant, j’ai mon petit sourire intérieur. C’est fou comme un petit rien pour vous envelopper d’un instant de bonheur. Tiens, je n’étais jamais passé par là. Il est sympa ce petit chemin. Il mène où ? Mais que c’est beau. L’endroit idéal pour faire de belles photos. Ça alors. Je n’avais jamais vu ma ville depuis cet angle. Top. Houla le chien, on dirait un petit ours. Il est fou-fou celui-là.

 

 

Bonjour. C’est quoi comme race votre chien ? C’est un descendant d’un Chow Chow et d’un spitz nain » ah bon. Il est unique. C’est la première fois que je vous vois. Vous habitez le quartier ? Ah oui au 536. Cinq qua vous habitez là ! Ah quand même. Qu’est-ce qu’on est bien dans notre quartier, hein ? Et oui, à deux pas du centre-ville sans son brouhaha, vous avez raison. Bon demain, je sortirai le mien de chien. D’habitude c’est mon fils qui s’en occupe. Je vais donc en profiter aussi. A demain peut-être.

 

 

Tic… Chutttt ! C’est le boss qui m’appelle. Oui je sais, il est tard mais bon. Allo, bonjour, oui. Ah… Surtout que c’est un de nos plus gros marchés. Mais ce n’est pas définitif. C’est super, vous avez réussi à négocier pour cette période délicate et unique dans une vie tout de même. C’est sûr que ça va être un manque à gagner mais il ne rompt pas le contrat, c’est juste une suspension. Vous savez comme moi que dans d’autres secteurs d’activités, ils vont fermer leur boîte, c’est sûr. Vous avez bien fait d’avoir créé et développé les deux autres branches d’activités de la distribution et de la messagerie. Vous avez reçu des demandes express ? Ah oui quand même, top. Ok, transférez-moi les fiches Excel, je m’en occupe oui. Bonne fin de soirée… Ben oui je fais comment ? Je travaille plus que si j’étais au bureau, ça je sais. On est tous en télétravail, c’est comme ça. Et toi c’est pareil. Tu as l’oreille qui chauffe à force de passer ton temps au téléphone. On t’entend t’enflammer au sujet de tes dossiers même quand tu es enfermée au toilettes. Et voilà, on s’embrouille de nouveau. Et toi au lieu de donner raison à ta mère, tu ne peux ranger tes affaires dans ta chambre. Tu as besoin de tout étaler dans le salon ? Quoi ? Je rêve ! Ton petit frère s’y met aussi. Mais c’est la saint Zinzin de l’espace aujourd’hui ou quoi ? Allez ouf, je descends prendre l’air. Mon masque, il est où mon masque…

 

 

Tac… Mais quel pied ! Incroyable, les rues sont désertes. Pas un bouchon. Ça fait quand même bizarre d’être tout seul à rouler en voiture. On se croirait dans un film de sciences-fictions. Mon attestation ? Elle est où ? Ah, la voilà. Elle avait glissé sous le siège. Bonjour Henri, ça va. Bon, ce soir 18h au balcon, on se fait l’apéro des voisins mais de loin, ok ? Oui les Berthelet seront également à leur balcon. Je ne savais même pas que sa femme était dentiste à lui. Les Bernardini de l’immeuble d’en face seront aussi ? Super. Ah bon ? C’est lequel des deux fils qui va nous jouer un morceau de guitare ? Le grand Paul ou le petit Justin ? Oui Paul, ok. Avec sa guitare électrique ? Sympa ça. Le jeune couple du rez-de-chaussée va sonner et déposer un mojito pour ceux qui le veulent à 18h. Vous êtes au courant ? Belle idée, ça. Du coup, je vais leur déposer aussi une bouteille de bon vin rouge du Var. J’ai enlevé l’étiquette et je leur ai préparer un quizz pour qu’il trouve le secteur d’origine production et ou d’appellation : 1) Bandol, 2) côte de Provence Fréjus, 3) côte de Provence la Londe, 4) coteaux varois de Provence autour de Brignoles, 5) coteaux d’Aix pour le nord du département.

 

S’ils trouvent, je leur ai dit que vous nous chanterez « Félicie aussi » hahaha

 

Et Tic… Parfois j’ai eu l’impression que ma vie se rétrécissait de toute part.

 

Et Tac… Par moment, j’ai senti que quelque chose s’ouvrait : l’amitié, la vérité, de la joie qui s’invitait. Le confinement, l’heure de repenser notre rapport au temps. 

 

Depuis le dé-confinement, on dirait que tout un chacun ait envie de profiter pleinement de ce cadeau qui nous est offert : la vie et ses moments simples à capturer.

 

Claude SERRA