Prise de conscience oui, mais…

 

 

Le monde du sport a pris pleinement conscience de cette crise sanitaire (enfin presque). Les protocoles misent en place et les gestes barrières sont présents et respectées (à peu prés). Toutefois son système économique est très particulier, il dépend de ses spectateurs, abonnés, marketing, droit télévisuel, etc.

 

 

Je regarde le Top 14, suspicion et cas de Covid-19, donc match annulé (STADE FRANÇAIS/U.B.B) après moult et moult réflexion, réunion après réunion, accompagné de polémique et de râlerie de part et d’autre, tout cela me semble inutile. La suite…

 

Pour cette 1ère Journée de championnat jauge autorisée de 5000 à 9000 mille spectateurs de quoi faire peur au vue de cette pandémie mais le monde de l’ovalie est tellement dépendant de sa billetterie que les hautes instances du rugby, plus les préfectures et maires ont donnés leur feu vert, et la santé dans tout cela ?

Je ne parle même pas des contacts rugbystiques tellement il me semble que l’on marche sur la tête, je suis certains qu’à court terme les dégâts sur le plan humain, social, financier seront important sans vouloir être alarmiste mais seulement pragmatique.

 

 

J’observe le tennis, cela tombe bien, on est en pleine US OPEN, eh oui !! La Crise sanitaire fait que les joueuses et joueurs sont dans une bulle mais la bulle spéciale "US" vaut le détour… On parle plus des cas Covid-19, de la polémique "Benoît Paire".

J’aurai préféré que l’on s’attarde plutôt sur la discrimination dont a fait preuve, la fédération américaine et les dirigeants de l’US OPEN, envers l’annulation du tournoi en fauteuil et ensuite un rétropédalage ce vendredi en présentant des excuses et trois propositions pour garder la main qui me laisse pantois…

 

 

Enfin, tout au début, j’ai stipulé  "enfin presque" !!

 

Bravo aux joueurs du PSG, qui se réunissent à IBIZA donc en Espagne où l’épidémie bat son plein, pensée à nos amis Espagnols, pour fêter je ne sais quoi, car hélas l’impact et désastreux sur un plan sportif mais aussi donne encore une image du footballeur un peu bête…

 

 

Tout compte fait, la prise de conscience est là sans l’être car le vecteur économique est trop important car il génère des emplois, il fait vivre des clubs qui dépendent de celui-ci, quels moyens, quelles solutions ? Je vous laisse méditer.

 

 

Vive le Jogging…

 

Alain LEYRITZ